www.nelinkia.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible (En savoir plus). En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.
Publié le 07/07/2020 17:23 - Mis à jour le 28/07/2020 17:22

Comment reconnaître et lutter contre le moustique tigre ?

Ce moustique originaire d'Asie s’est développé en France métropolitaine au début des années 2000. Cet insecte, vecteur de plusieurs maladies, fait l'objet d'une surveillance aiguë. Voici quelques conseils pour repérer et lutter contre les moustiques tigres.

Comment reconnaître un moustique tigre ?

Moustique tigre piquant une personne

Afin de suivre sa progression et pouvoir l’endiguer, il est essentiel de bien reconnaître le moustique Aedes albopictus, qui diffère des autres moustiques. Le moustique tigre est plus petit que le moustique commun. Il mesure environ 0,5 cm. Son abdomen et ses pattes sont couverts de rayures noires et blanches, de façon très contrastée, et possède une ligne blanche sur la partie haute du thorax et sur le dessus de la tête. Les ailes du moustique tigre sont généralement teintées de noir.

Outre ses caractéristiques physiques, c'est son comportement qui donnera quelques indications. Cet insecte vole plutôt lentement, et ses battements d'ailes sont silencieux. Contrairement aux moustiques communs, ses piqûres sont plutôt douloureuses et peuvent entraîner des rougeurs, voire des cloques. Autre indice : les moustiques tigres ont tendance à piquer le jour. Aussi ils sévissent majoritairement à partir de l'été jusqu'au début de l'automne.

Où se reproduit le moustique tigre ?

Contrairement aux autres espèces de moustiques, le moustique tigre est une espèce diurne – il sévit donc la journée. La femelle pond ses œufs dans des flaques. N'importe quelle source d'eau stagnante suffit : une soucoupe oubliée, un fond de vase, des réserves d’eau de pluie sont autant de site de reproduction. Par ailleurs, les œufs résistent à la sécheresse, c'est pourquoi le moustique tigre est très bien adapté au milieu urbain : il n'a pas besoin de vivre en zone marécageuse, comme la plupart des autres spécimens.

Lancement d'une campagne de signalement du moustique tigre par l'ANSES

Aussi petits soient-ils, les moustiques transmettent de par le monde nombre de maladies qui peuvent être mortelles. C'est le cas de l’anophèle qui transmet le paludisme dans les zones équatoriales. Le moustique tigre peut être vecteur de maladies tropicales. Il transmet en effet les virus comme la dengue, zika ou le chikungunya.

Mais pour transmettre ces maladies, l'insecte doit au préalable avoir piqué une personne infectée et piquer ensuite une personne saine. C’est ainsi que ces virus se propagent et provoquent des épidémies. Ces virus apparaissent par le biais de voyageurs infectés, qui reviennent de zones où la maladie est endémique. En 2010, deux cas autochtones de dengue et deux cas autochtones de chikungunya ont été détectés respectivement à Nice et à Fréjus et un cas autochtone de Zika a été identifié en 2019 à Hyères.

Illustration montrant un moustique tigre sur une loupe révélant la carte de France

Afin de limiter la propagation de ce moustique, l'Anses a lancé une campagne de signalement. Les particuliers peuvent ainsi alerter les autorités dès qu'ils sont témoins de l’implantation d’un moustique tigre vecteur autour de leur domicile dans un secteur géographique jusqu’à présent indemne.

Originaire d'Asie du Sud-Est, le moustique tigre est apparu sur le territoire métropolitain en 2004, à Menton (Alpes-Maritimes). Il est notamment présent dans les départements français de l’Océan Indien comme Mayotte ou la Réunion, où il a provoqué une très importante épidémie de chikungunya en 2006. Le moustique tigre est actuellement implanté dans 58 départements de métropole. D'autre part, dans les départements français d'Outre-Mer, en Guadeloupe, Martinique et en Guyane, le vecteur à l’origine des principales épidémies de dengue, de fièvre jaune, de chikungunya et, depuis fin 2015, de Zika est le moustique Aedes aegypti qui est souvent confondu avec le moustique tigre.

Comment se débarrasser des moustiques tigres ?

Éliminer toute trace d'eaux stagnantes

Les entomologistes déconseillent de recourir aux produits insecticides qui tuent aussi les insectes essentiels, notamment les pollinisateurs, et rendent les moustiques tigres encore plus résistants. Pour lutter contre sa prolifération, il faut détruire ses gîtes de reproduction : vider systématiquement les coupelles sous les pots de fleurs, mettre les récipients à l’abri de la pluie, recouvrir les bidons de récupération d’eau de pluie avec des moustiquaires. Les particuliers peuvent aussi introduire des poissons dans les bassins d’agrément, qui mangeront les larves. Afin de se stopper le développement des larves au stade de nymphe dans des zones d’accumulation et de stagnation d’eau, des larvicides biodégradables peuvent être ajoutés.

Utiliser un piège à moustique

Pour protéger son habitat, il est possible de disposer des pièges. Un appât à base de phéromones va attirer les moustiques adultes qui seront aspirés et capturés dans un filet à mailles fines. Il existe également le piège à larve ou piège pondoir qui cible les nuisibles femelles cherchant un point d’eau pour pondre après avoir piqué.

Protéger les lieux de vie avec un rideau anti-insectes

Afin d'éloigner les moustiques de la maison, notamment dans les zones infestées par ces indésirables comme le sud de la France, il est possible d'installer des protections comme un rideau à lanières PVC anti-insectes. Facile à installer, il s'accroche au-dessus d'une entrée ou d'une porte de cuisine par exemple. Ces rideaux protecteurs composés d'un agent biocide sont non toxique pour l'homme. Cette substance incorporée dans la composition des lanières PVC reste active plus de douze mois et sont efficaces 24h sur 24. Ces répulsifs permettent de se débarrasser des moustiques, des mouches et autres insectes volants mais aussi les insectes rampants.

RETROUVEZ LES RIDEAUX A LANIÈRES PVC ANTI-INSECTES SUR NELINKIA

Rideaux à lanières PVC anti insectes protégeant l'accès à un garage

Autres articles sur la même thématique
Notre newsletter : Découvrez nos actus, salons, nouveautés, nos meilleures offres...   Je m'inscris