www.nelinkia.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible (En savoir plus). En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

Rénover les plafonds d'un laboratoire alimentaire en respectant la règlementation


ß Retour – Mettre aux normes

Renovation plafond


Vous souhaitez créer, rénover ou mettre aux normes le plafond d’un local agro-alimentaire ? Des règlementations strictes (normes HACCP) existent aujourd’hui au niveau de la maîtrise sanitaire des procédés de transformation des aliments. L’agencement du laboratoire doit se conformer à certaines règles, le choix des matériaux  utilisés pour habiller un plafond aussi !

Mais, pourquoi doit-on prêter une attention particulière au plafond et quels sont les risques sanitaires associés ? Tous les matériaux sont-ils autorisés pour créer ou rénover un plafond ? Quelles sont les nouvelles tendances de rénovations rapides, économiques et conformes ? Nous allons tenter de vous éclairer sur tous ces points.
 


Les plafonds peuvent être une source de contamination 


Le plafond surplombe l’ensemble des pièces de votre laboratoire alimentaire. Toutes les parties lui sont ‘’accessibles’’. Si les risques de contact direct avec le personnel y travaillant sont faibles, imaginez un plafond dont la peinture s’écaille, un plafond rouillé ou recouvert de papier peint qui se décolle sous l’effet des vapeurs ou de l’humidité : chaque élément susceptible de s’en détacher peut potentiellement contaminer un aliment (casserole, cuves, assiette…)

Les plafonds représentent donc un risque important eu égard à la sécurité sanitaire des aliments et ils doivent donc être adaptés pour répondre aux exigences des laboratoires de transformation alimentaire.
 


La réglementation sur les plafonds de laboratoire agro-alimentaires et cuisine professionnelle


La réglementation CE n°852/2004, relative à l’hygiène et la sécurité sanitaire des denrées alimentaires, à l’annexe II, chapitre II fixe un cadre précis concernant les plafonds d’un laboratoire de transformation alimentaire:
 « les plafonds, faux plafonds (ou, en l'absence de plafonds, la surface intérieure du toit) et autres équipements suspendus doivent être construits et ouvrés de manière à empêcher l'encrassement et à réduire la condensation, l'apparition de moisissure indésirable et le déversement de particules»

Comme c’est le cas pour les murs ou les sols, le législateur n’impose pas de solution technique prédéfinie, il appartient au professionnel de mettre en œuvre tous les moyens appropriés pour atteindre les objectifs fixés par la réglementation.
 


les caractéristiques techniques d’un mur ou d’un revêtement de mur conforme à la législation


Le principe de base pour les plafonds est qu’ils ne doivent pas entraîner par les activités qui s’y exercent un risque de contamination pour les aliments.

Il conviendra dès lors d’utiliser des matériaux et revêtements:
-    lessivables pour limiter les encrassements. Dans la pratique les matériaux devront être nettoyables à la lance haute pression voire même en machine à chaud pour une hygiène toujours parfaite
-    étanches et imperméables à l’eau et aux graisses pour éviter tout encrassement à cœur.
-    imputrescibles et durables dans le temps pour éviter toute décomposition
-    résistants aux champignons et moisissures.
-    résistants aux produits de nettoyage et de désinfection
-    lisses : en cas de rénovation, tous les trous provenant d’anciennes fixations (chevilles) devront être bouchés

Pour des raisons de sécurité, les matériaux devront également être résistants au feu.

Lors de la mise aux normes d’un local agro-alimentaire, laboratoire, cuisine professionnelle ou collective le choix des revêtements de plafond doit être guidé par la règlementation qui valide ou non l’utilisation de certains matériaux en fonction de leurs caractéristiques ou résistances.
 


Les matériaux à proscrire


Par rapport aux demandes de la réglementation il est évident que certains matériaux ne peuvent et ne doivent en aucun cas être utilisés. 

-    les revêtements en bois, plâtre, ciment sont à proscrire car non lisses, non étanches à l’eau et aux graisses et le bois est putrescible
-    les peintures à l’eau ne sont globalement pas appropriées car le mur va absorber l’humidité et la transmettre au support 


Les matériaux traditionnels conformes et leurs faiblesses


Certaines solutions sont utilisées dans les laboratoires et usine agroalimentaire depuis des années. Les revêtements utilisés sont tout à fait conformes à la réglementation mais attention cependant au vieillissement et à l’entretien! 

Il existe des peintures spécifiques lessivables et non toxiques pour le contact alimentaire et les locaux agroalimentaires chauds, humides et mal ventilés. Cette solution peut être conforme avec le Règlement CEE n° 852/29  d’avril 2004, HACCP et certains « Guides des Bonnes Pratiques Hygiéniques » en vigueur.  Ces peintures nécessitent cependant un rafraichissement régulier (<5ans) et donc la nécessité de relancer des travaux et surtout d’immobiliser le laboratoire à fréquence régulière.

Les panneaux isothermes permettent d’habiller les plafonds qui ont un besoin d’isolation: Ils sont rapides à mettre en œuvre, isolants, faciles à laver et donnent un bon rendu esthétique. A l’usage ils restent très fragiles, peu résistants aux chocs et sujets à la corrosion. Il faut alors envisager de les habiller avec des revêtements adaptés que le local soit à nouveau en conformité avec la règlementation.
 


Le PVC est un matériau idéal pour les plafonds : pourquoi ?


Le matériau PVC qui convient parfaitement pour la rénovation des murs de laboratoire alimentaire est également parfaitement adapté pour toutes les utilisations en plafond. L’ensemble de ses caractéristiques est conforme à la réglementation tout en offrant une souplesse que n’offre pas les revêtements traditionnels.  est un matériau économique qui satisfait en tous points les exigences de la réglementation. Il est aujourd’hui massivement utilisé pour habiller des panneaux sandwichs altérés par le temps ou pour créer des faux plafonds

-    le matériau est parfaitement lisse, étanche à l’eau et aux graisses, facilement nettoyable et résistants aux chocs et aux rayures
-    le matériau est économique par rapport aux solutions traditionnelles et ne nécessite pas de travaux de gros œuvre ni de démolition des structures existantes dans le cas d’une rénovation
-    les travaux d’installation sont simples et rapides et n’immobilisent que très peu de temps le laboratoire (dans de nombreux cas la pose de revêtement en PVC se déroule en co-activité)

L’utilisation de matériau en PVC constitue la grande tendance actuelle lorsqu’il s’agit d’habiller ou de rénover des murs d’usine agro-alimentaire ou de laboratoire pour les raisons suivantes :


-    Les plaques PVC et plaques polyester qui conviennent pour habiller les murs des laboratoires peuvent également être utilisés pour les plafonds. Eu égard à leur grandes dimensions leur pose peut cependant s’avérer délicate mais l’opération est technique réalisable
-    Des lambris PVC professionnels parfaitement étanches et répondant à tous les critères de la réglementation existent sur le marché et permettent de réaliser rapidement des aménagements et des rénovations rapides de plafond (habillage de plafond existants ou de panneaux isothermes endommagés). Ils se fixent pas vissage directement dans le support existant ou sur des armatures standard du commerce pour créer un faux plafond.
En plus de masquer un plafond d'origine dont la hauteur serait trop importante, qui aurait été endommagé, sali ou ne répondrait plus aux normes d’hygiène en vigueurs (peinture écaillée, papier peint) , réaliser un faux plafond va permettre de cacher dans l'espace entre le plafond et l'armature (plenum) toutes les gaines d’aspiration de hotte dans les cuisines, les câbles électriques qui permettent d’intégrer différents types d'éclairage (dalles lumineuses ou spots encastrés), voire même un nouveau système d’isolants intérieurs pour isoler l'étage supérieur des bruits d'une cuisine par exemple.
Les lambris PVC existent en version pleine résistante aux chocs dans le cas de laboratoire qui nécessitent des lavages à la lance haute pression ou en version alvéolaire plus légère et parfaitement adaptée à l’environnement alimentaire.
-    Les dalles de faux plafond et dalles de plafond suspendus lavables sont très utilisées et idéales pour la rénovation de plafonds existants, la construction de plafonds neufs et la mise en conformité d’anciens plafonds aux normes d’hygiène en vigueur. Disponibles en différentes épaisseurs, avec un état de surface mat ou brillant, les dalles de faux-plafond se posent facilement sans rupture de charge (arrêt de production) et sans fixation mécanique (facilement démontables pour l’entretien) dans des ossatures prévues à cet effet. Elles peuvent également être collées. Elles sont donc idéales pour créer un faux-plafond suspendu dans des univers exigeants.


Plusieurs solutions techniques efficaces s’offrent aux professionnels désireux de créer ou rénover un plafond de laboratoire alimentaire dans le respect de la réglementation relative à l’hygiène et la sécurité alimentaire. Certaines de ces solutions peuvent être mise en œuvre par le professionnel lui même sans appel à des sociétés extérieures ce qui est particulièrement appréciable pour les artisans et PME. La plupart du temps ces travaux peuvent se réaliser sans démolition de l’existant et tout en permettant la poursuite de l’exploitation. 
 

ß Retour – Mettre aux normes